• Sur fond de compétition entre les établissements des grandes capitales touristiques, le climat ne cesse de se dégrader dans l’hôtellerie de luxe. Au Hyatt et au Meurice parisiens, les personnels ont commencé à relever la tête.

    Paris, ville lumière, capitale mondiale de la haute couture, berceau de la joaillerie et des meilleurs parfums. Ses monuments, ses collections de peinture, et, pour un séjour agréable, son hôtellerie de luxe.

    Libérez vos caprices !

    Où ne rira-t-on pas de vous entendre demander de l’Evian© pour votre nouveau yorkshire ? Dans l’un des palaces parisiens - Le Meurice, le Ritz, Le Crillon, le Plazza Athénée, le Georges V, Le Bristol, le Fouquet’s  - établissements historiques de l’hébergement classieux, ou dans l’un des nouveaux venus dans ce domaine - le Royal Monceau, le Shangri la, le Mandarin oriental, la Péninsula. La concurrence est rude et l’on ne ménagera pas sa peine.  On vous apportera cette eau, au choix, à température ambiante, rafraichie ou glacée. C’est qu’ici, on ne badine pas avec vos demandes : vos désirs sont des ordres, ce qui ne manque pas de laisser des traces humoristiques parmi les personnels. On raconte ainsi : tel prince avait réservé pour lui seul le gastro - restaurant gastronomique étoilé au guide Michelin - pour trois heures du matin, mais s’est endormi entre temps laissant l’un des meilleurs cuisiniers du monde dans l’attente. Autre anecdote : telle star américaine avait demandé la construction d’un petit escalier afin que son animal domestique préféré puisse, la nuit, lui tenir compagnie dans son lit… et en descendre sans dommage.

    Si vos caprices prennent ainsi valeur de commandes toujours parfaitement légitimes, c’est bien sûr que vous y mettez le prix. Selon votre niveau dans la hiérarchie des revenus du Capital mondialisé, vous accédez à une chambre pour quelques centaines d’euros (quelque chose de correct ? 600 euros), jusqu’à la plus belle des suites avec un prix de base à 15 000 euros. Une (très) petite suite composée d’une chambre et d’un modeste salon vous coûtera environ un SMIC. Pour une nuit. Si vous souhaitez satisfaire vos besoins alimentaires, il vous faudra débourser environ 300 euros au gastro, à moins que vous préfériez déjeuner au second restaurant, moins onéreux, ou avaler sur le pouce un croque-madame autour de 35 euros en brasserie : ça fait chic et vous pourrez prendre un dessert ! Entre deux bouchées de pain de mie et d’œuf, vous pourrez observer les autres convives et identifier cinq types principaux de clients.

    Des clients pleins de ressources

    Clientèle number one : les princes arabes et les parvenus chinois et indiens, les milliardaires américains et les nouveaux riches d’Europe de l’Est. Une bonne partie vit de ses rentes et a délégué la gestion de sa fortune à des hommes et des femmes de confiance. La vie passe ainsi, de séjours plaisants dans les grandes capitales du luxe - Paris, Milan, New York, Dubaï, Londres - en escapades sur des Îles lointaines… les plus plaisantes de la planète. Plusieurs dizaines de chambres, dans des hôtels qui en contiennent parfois des centaines, permettent de loger familles, amis, collaborateurs et domestiques.

    Clientèle number two : celle des hommes d’affaires hauts de gamme, qui voyagent pour vérifier la solidité de leurs empires commerciaux et faire de nouvelles affaires. Ils ne s’attardent pas nécessairement au gastro ; leurs passages sont rapides mais éventuellement réguliers ; ils reçoivent dans leurs salons et demandent conseil au concierge de l’hôtel, qui a toujours de bonnes idées et plus d’un tour dans son sac, pour leurs emplettes et activités extra-professionnelles.

    Clientèle number three : les vedettes internationales du showbiz, qui, figurez-vous, ne couchent pas en hôtel Formule 1. Ils viennent promouvoir un film ou se reposer d’une période éprouvante. Artistes, producteurs, réalisateurs, journalistes célèbres, vedettes du monde de la nuit ou de la mode, et autres personnalités disposant de la prise en charge de leurs frais du quotidien par leurs Maisons. Les palaces sont utilisés aussi bien pour loger que comme  lieux de présentation, dans leurs salons, de nouveaux produits ou d’évènements. Parenthèse : ces mêmes salons accueillent parfois des séminaires politiques discrets, où se côtoient en toute fraternité personnalités politiques de premier plan et commentateurs médiatiques les plus en vue.

    Autre clientèle, number four : des délégations étrangères, les unes en visite officielle, invitées par le gouvernement français, les autres en séjours touristiques. On est quand même un peu baba que certains chefs d’États réputés pauvres trouvent les moyens de financer de tels voyages, accompagnés de leurs familles et de leurs proches. Mentionnons, enfin, l’existence d’une clientèle occasionnelle venant fêter qui un anniversaire de mariage, qui un événement familial. Cependant, même avec le mariage pour tous, ceux-là ne sont pas légions !

    Reste qu’il y a de la place pour tout ce monde : un établissement peut comporter entre 150 et 300 chambres et suites (dont toujours quelques-unes particulièrement prestigieuses), deux ou trois restaurants, un bar au moins, et le plus souvent un SPA ou un fitness center (voire une piscine), parfois des boutiques d’accessoires de luxe, divers salons de réception.

    Au total, pour qu’entre le moment où vous avez commandé votre café et le moment où il vous est porté se soient écoulées au maximum deux minutes et trente secondes, il faut un personnel bien "motivé". Et pour que tout s’enchaîne à votre arrivée (voiturier, bagagiste, groom et portier, réceptionniste, hôtesse…), il faut un monde à vos pieds.


    votre commentaire
  • CAVIAR PASSION CHEZ L’ECLAIREUR POUR LES FETES DE FIN D’ANNÉE !

    Une nouvelle collaboration placée sous le signe de l’excellence. Toujours précurseur, L’ECLAIREUR accueille pour les fêtes le premier site de vente en ligne 100% Caviar.

    Née de la rencontre de deux passionnés, Armand Hadida et Paul Férel, une série limitée de quatre variétés de caviars issues de la gamme de CAVIARPASSION.com sera proposée pour L’ECLAIREUR : l’Impérial Sélection, le Black Edition, le Premium Sélection & l’Ultra.

     

    CAVIARPASSION.com ayant pour vocation de démocratiser le caviar sans le désacraliser a été créé en décembre 2009 par Paul Férel, serial entrepreneur, qui a décidé de rendre le caviar plus accessible en révolutionnant son mode de distribution. Il prend le pari de la vente en ligne et offre une gamme complète de caviars issus des meilleures origines, d’une qualité optimale en respectant rigoureusement la chaîne du froid. CAVIARPASSION.com répond avec succès aux envies les plus subites grâce au système de vente en ligne et fidélise aujourd’hui 15000 amoureux du caviar

     

    Pourtant le caviar donne des idées aux stars ! Amélie le mannequin a choisi de se tartiner le corps de caviar pour un shooting photo plutôt sexy ... C'est sur son compte Twitter que la jolie blonde nous a dévoilé deux premières photos où elle apparait allongée sur le sol en mini short et soutien-gorge bandeau. Mais à y regarder de plus près, on aperçoit une texture noire, non identifiée, sur l'ensemble de son corps. Alors que l'été est terminé et que cela ne ressemble pas du tout à du sable noir, on se demande bien de quoi il s'agit. Fort heureusement, Amélie vient de nous dévoiler qu'il s'agissait de ... Caviar ! On n‘a pas dit qui l’a mangé !  


    votre commentaire
  • Accéder au luxe extrême, c’est quoi pour vous ? La majorité de nous avons un GSM ! si vous ne connaissez pas voici le top du luxe en la matière, Vertu. Créé il y a plus d'une dizaine d'années et véritable pionnier de la téléphonie mobile de luxe, Vertu continue de concevoir et fabriquer les téléphones portables les plus haut de gamme au monde, depuis le siège de Church Crookham dans la campagne anglaise.

     

    Comme l’on dit un téléphone, ne sert pas uniquement à téléphoner mais aussi a communiquer de toute façon que cela soit ! Vertu Life vous offre un accès unique à des événements confidentiels, aux clubs privés les plus exclusifs et à des séances de shopping privées dans les boutiques de mode les plus célèbres du monde. Vertu Life vous propose des privilèges soigneusement sélectionnés et personnalisés, afin que chaque ville vous réserve une expérience extraordinaire.

     

    Accès gratuit pour vous-même et un invité dans les clubs privés les plus exclusifs de nombreuses métropoles du monde.

     

    Vertu a des bureaux à Paris, Francfort, Dubaï, New York, Singapour et Hong Kong. Les téléphones Vertu sont maintenant vendus dans plus de 60 pays dans le monde, avec des boutiques phares à Londres, Paris, Milan, Singapour, Hong Kong, Tokyo, New York et Las Vegas.


    votre commentaire
  • Exclusif VM : Pierre-Yves Rochon, notre décorateur d’hôtels reconnu à travers le monde, travaille sur la rénovation du prestigieux Danieli. Le palace vénitien dont la construction a commencé au XVème siècle pour la famille Dandolo, a qui l’on doit les chevaux de Saint Marc, se compose aujourd’hui de trois palais contigus. PY Rochon a déjà rénové 5 suites de prestiges et s’attaque aux chambres et aux corridors du palais le plus ancien. PY Rochon est également en charge de la rénovation des chambres du Georges V, de l'entretient du Bristol et de nombreux autres hôtels de prestige à travers le monde. UNexclusivité réservée aux mebre du Club of Prestigious Projects.

    A propos de rénovation, les célèbres chevaux de Saint Marc, statues antiques en bronze doré, vont connaître une seconde jeunesse, grâce au soutien du Groupe des Jeunes du Comité Français pour la Sauvegarde de Venise.

    Symboles de Venise, ce premier projet soutenu par le Comité des Jeunes est une belle initiation au mécénat patrimoniale.

    La restauration est rendue possible grâce à plus de 150 dons, de 100 € à 500 €, effectués par des jeunes de 25 à 35 ans.

     


    votre commentaire
  •  

    Le commerce en ligne dépasse le commerce physique

     

    Les achats de vêtements en ligne ont de plus en plus de succès

     

    Paris, le 26 septembre 2013– Avec les achats de livres, de billets et de musique, les vêtements font désormais partie des quatre premières catégories de produits achetés plus souvent en ligne qu’en magasin en Europe. Une étude menée par Forrester Research a montré que le nombre de répondants ayant acheté des vêtements en ligne a augmenté de 3 % en comparaison de ceux ayant effectué leurs achats en magasin. En France, ce chiffre atteint 6,3 %. Les Fashion Weeks qui ont lieu dans plusieurs grandes villes en septembre vont certainement stimuler encore davantage les ventes vestimentaires en ligne.

     

    Les pays où les sommes les plus importantes ont été dépensées sur internet en 2012 pour des achats vestimentaires sont l’Allemagne (6880 millions d’euros), le Royaume-Uni (6733 millions d’euros), la France (3293 millions d’euros), la Russie (1763 millions d’euros) et l’Italie (690 millions d’euros), selon Euromonitor. L’Allemagne, le Royaume-Uni et la France représentent 70 % du total des dépenses au sein de l’Union européenne. Les prévisions de croissance les plus importantes concernent la Russie, avec une estimation de 28 % en 2013 suivie par l’Italie, à 20 %.

     

    Milan Gauder, Group Head Emerging Payments chez MasterCard Europe, explique cette tendance de la croissance des achats vestimentaires en ligne : « les acteurs de la grande distribution vestimentaire sont en train de créer de nouveaux modèles économiques et trouvent de nouvelles manières d’attirer les clients, comme par exemple une politique de retours gratuits, une livraison gratuite et rapide dans un lieu choisi, en s’appuyant sur les marchands locaux comme points de retrait. Les frais de livraison constituent en effet un obstacle pour les clients potentiels. Le secteur de la mode a également été stimulé par l’élargissement de la bande-passante sur internet, permettant l’utilisation d’images plus grandes, de contenus média et vidéo plus riches, améliorant de façon significative l’expérience d’achat sur internet des consommateurs qui disposent de peu de temps.

     

    Tendance des années à venir : l’explosion des courses alimentaires sur internet

     

    9 % des répondants européens à l’étude de Forrester Research ont indiqué avoir déjà effectué des courses alimentaires sur internet. Même si ces dernières sont toujours principalement effectuées en magasin, on assiste à une évolution vers davantage de e-commerce. Cela se manifeste principalement au Royaume-Uni, où 5256 millions d’euros ont été dépensés en produits alimentaires et en boissons sur internet en 2012. Les deux marchés les plus importants après ce dernier sont la France, avec 2168 millions d’euros, et l’Allemagne avec 500 millions d’euros. Les Pays-Bas et la Belgique ont des résultats assez similaires, avec respectivement 447 millions et 412 millions d’euros en 2012, avec dans les deux cas une prévision de croissance de 9 % pour 2013. Par ailleurs, on observe des prévisions de croissance pour les ventes de produits alimentaires et de boissons sur internet de 31 % pour la Russie, 20 % pour l’Allemagne, 19 % pour la Suède et 16 % pour l’Italie en 2013.

     

    La prolifération d’appareils connectés transforme les comportements d’achat des consommateurs

     

    Des murs virtuels d’achats installés dans des gares, stations de métro ou aéroports, permettant aux titulaires de cartes d’effectuer leurs achats en ligne en scannant un QR code avec leur smartphone, se faisant livrer chez eux le jour-même, ont beaucoup de succès au Canada, en Corée du Sud et aux Etats-Unis. En Europe, plusieurs pilotes ont été récemment lancés en Belgique, en France, en Suède et au Royaume-Uni.

     

    Les appareils mobiles connectés ont rapidement brouillé les frontières entre le canal online et le canal physique. 48 % des Européens possèdent un smartphone ; 31 % d’entre eux l’utilisent pour chercher des informations relatives à un produit, et 21 % pour acheter un produit sur internet. Au Royaume-Uni, 17 % des clients ont changé d’avis concernant l’achat d’un produit ou service en magasin suite à une recherche d’information sur leur smartphone.

     

    Milan Gauder a conclu : « les achats sur internet continuent à croître grâce à l’augmentation de l’efficacité, de la sécurité, de la polyvalence des solutions de paiements électroniques. Les paiements sur internet utilisant une carte de débit, de crédit ou prépayée, ainsi que le lancement du portefeuille électronique MasterPass™ constituent des solutions de paiement permettant à un plus grand nombre de clients potentiels de faire leurs achats sur internet. Cette grande variété de solutions de paiements, ainsi que la convergence entre les paiements physiques et numériques, lorsqu’elle est correctement exploitée, peut multiplier en tout lieu les opportunités pour les consommateurs et les marchands ».  

     

     


    [1][1] Pays ayant participé à l’enquête : France, Allemagne, Italie, Pologne, Russie, Espagne, Royaume-Uni.
    Les valeurs indiquées dans le tableau ci-dessus représentent le résultat de la différence entre les répondants qui ont indiqué avoir déjà effectué un achat sur internet par rapport à ceux qui ont indiqué avoir acheté le même produit en magasin.

     

    [2][2]Forrester, EU Online Benchmark Survey, Q3 2012

    [3][3]Ipsos, Our Mobile Planet, May 2012 


    votre commentaire