• C’est fait, le Lutétia fermera ses portes le 30 avril 2014 pour trois années de travaux. La rénovation sera minutieuse et assurée par le bureau de Jean Michel Willmotte.

    C’est en 1910, que le Lutetia voit le jour avec la volonté d’ériger un modèle de l’hôtellerie moderne du début du XXème siècle, c’est le premier monument « Art nouveau » et son bar « Art Déco » de Paris. La construction dura trois ans, sous la direction de deux grands architectes de l'époque, Louis Hippolyte Boileau et Henri Tauzin. Sa construction a été commandée par la propriétaire du Bon Marché, Madame Boucicaut.

    Pour ses cents ans, il change de mains et a été racheté par le groupe israélien Alrov. Un budget de 80 millions d’€ pour sa rénovation qui lui permettrait d’être le seul 5 étoiles de la rive gauche, est à l’étude. L’hôtel fut occupé par les renseignements et le contre-espionnage allemand dès 1940. Fait marquant, après-guerre, il sera le point de chute des déportés de retour des camps de la mort. Un livre retrace les cents ans du célèbre palace parisien, édité par JC Lattès (2009). 


    votre commentaire
  • ARCHITECTURE INTERIEURE HOTELS

    Business Lounge, MAISON&OBJET Septembre 2013.

    1. POURQUOI UN HOTELIER DOIT-IL FAIRE APPEL A UN ARCHITECTE D’INTERIEUR POUR SON PROJET ?

     

    Qu’apporte à un projet d’hôtel l’architecte d’intérieur spécialisé dans l’hôtellerie ?

    L’hôtel est un produit, une marque, qui doit être reconnaissable. Il doit être approprié à la clientèle recherchée dans un site et un lieu.

    La recherche du concept doit être la première priorité.

    L’architecte d’intérieur est spécialisé dans la traduction des concepts dans l’espace.

    Il sait dessiner : le style, les couleurs, les graphisme, les formes, les volumes et les organisations spatiales qui correspondent.

     

    L’architecte d’intérieur spécialisé est à même de porter 3 challenges : concept, esthétique, contraintes.

    La réussite de l’hôtel est ainsi puissamment renforcée.

     

    Par sa compétence : L’architecte d’intérieur spécialisé exerce son travail quotidien dans des projets d’hôtel les plus différents, dans le monde entier : ce qui lui donne une vaste vision. Il est un professionnel de son domaine.

    Y a-t-il des hôteliers ici aujourd’hui qui pensent que l’architecte d’intérieur n’st pas nécessaire ? Que disent-ils ?

    L’hôtelier peut certes chercher les idées correspondantes au projet envisagé, en visitant des hôtels, en regardant des revues, en consultant des fournisseurs spécialisés en hôtellerie et décider d’un concept général.

    Mais à partir de cette première approche il faudra appliquer le concept à tout le bâtiment, à sa décoration à son expression visuelle et spatiale et à chaque détail : c’est notre rôle.

     

    Que faisons nous (architectes d’intérieur spécialisés) de si particulier à partir du moment où nous avons défini avec le client le concept général ?

     

    Nous dessinons ! Le dessin est notre base ! Dessiner signifie imaginer projeter : on dit à propos j’ai un dessin ! Dessiner c’est notre vocation même, éduquée durant des formations artistiques de plus de 5 ans !

     

    L’importance de la représentation graphique durant l’avant projet :

     

    Cela permet de visualiser la pensée !

    C’est un travail très important qui permet entre autres de vérifier si l’ensemble en cours de projet est non seulement harmonieux mais surtout s’il exprime bien visuellement le style le concept, la marque de l’hôtel, dans chaque lieu qui le composent.

    Le but étant de trouver des idées qui conviendront dès l’ouverture de l’hôtel (dans le meilleur des cas plus d’un an après) et qui dureront dans le futur.

     

    1. EXEMPLES AVEC ET SANS ?

    Souvent, avant que nous intervenions dans une rénovation, on trouve un état existant du à une réalisation sans architecte d’intérieur :

    Les espaces y sont mal organisés, pas pratiques, la décoration est souvent confuse et incohérente dans son expression, elle ne transmet pas, d’un espace à l’autre, un concept clair. (Voir notre photo).

     

    1. COMMENT DONNE-T-ON DES EMOTIONS AU CLIENTS POUR RENDRE LEUR SEJOUR UNIQUE ?

     

    L’architecte d’intérieur spécialisé travaille sur la spécificité du concept pour chaque hôtel. Ceci se définit par rapport à chaque hôtel, en fonction du

    • lieu spécifique, sa géographie, son histoire, le type de construction, la saison d’exploitation,
    • La clientèle recherchée, la destination de l’hôtel,
    • Le concept défini qui doit tenir compte de tous les facteurs qui en font son alchimie particulière

     

    C’est dans la continuité du projet dans le soin de chaque détail, artistique, décoratif, spatial, graphique, (y compris dans l’art du linge, de la table, de la tenue du personnel, des extérieurs) que le client ira subtilement de découverte en découverte à travers tous ces détails ces surprises, qui rendront son séjour unique !

     

    1. QUEL PROJET ON AIMERAIT FAIRE ?

     

    On aimerait faire un projet de resort ou l’on pourrait développer divers thèmes et concepts d’un hôtel à l’autre.

     

    DIVERS :

     

    Comme en Cuisine le Chef, l’Architecte d’Intérieur un « CHEF » dans son domaine

    Un exemple parallèle pour décrire la nature de notre compétence :

     

    En cuisine, un autre domaine d’expression artistique, pour réussir une recette fantastique (et avoir peut être des étoiles dans les guides),  il ne suffit pas de connaître la meilleure recette, d’acheter les meilleurs produits: il faut aussi du don, de l’école, de l’expérience, du toucher, du gouter, du style et de la poésie … ! Il faut en somme être des professionnels.

    L’architecte d’intérieur spécialisé dans l’hôtellerie et son équipe sont ces professionnels de leur domaine.


    votre commentaire
  • La sixième édition d’ARCHITECT AT WORK, qui s’est tenue jeudi et vendredi derniers à La Grande Halle
    de La Villette, a remporté à nouveau un franc succès. Malgré une diffusion plus restrictive du nombre
    d’invitations, non moins de 5.701 visiteurs ont répondu présents. ARCHITECT AT WORK est devenu,
    sans contestation possible, un événement connu et reconnu des professionnels de la prescription.
     
    De part sa scénographie originale, ARCHITECT AT WORK offre aux prescripteurs et industriels présents un
    lieu de rencontre élégant, exclusif et chaleureux. Chaque année, en rapport avec la thématique définie, un
    programme d’événements connexes est proposé : conférences, expositions photographiques, artistiques et
    matériaux. Tout est donc mis en œuvre pour séduire les professionnels de la prescription, en particulier les
    architectes et les architectes d’intérieur.
     
    Mais le succès d’ARCHITECT AT WORK repose avant tout sur le caractère novateur des produits exposés. En
    effet, une commission d’architectes et d’architectes d’intérieur examine au préalable le côté innovant de tous
    les produits présentés par les exposants, garantissant ainsi une visite enrichissante aux prescripteurs.
    FOCUS SUR L’EDITION 2013
     
    Thème de l’édition 2013 : L’architecture sensorielle
     
    Cette thématique était développée via :
     
    La présentation de l’exposition de matériaux ‘SENS UNIK, expériences sensorielles’ par le Centre
    de Ressources INNOVATHEQUE du FCBA
     
    La projection de photographies sur le travail de l’architecte RUDY RICCIOTTI. Cette animation
    intitulée RICCIOTTI, MATÉRIALITÉS VS SENSORIALITÉS était extraite de l’exposition produite
    par La Cité de l’architecture & du patrimoine, avec le soutien de Lafarge (animation : GCG
    architectes)
     
    Un programme de conférences, avec notamment la participation des architectes Marc Barani et
    Dietmar Feichtinger
    Et, faisant le lien entre l’art et l’architecture :
     
    La présentation de la série photographique ‘Pieds nus’ de l’artiste Emma Barthere.
    Autre exposition présentée lors d’ARCHITECT AT WORK PARIS 2013 :
     
    RE•ARCHITECTURE
    Re•cycler, ré•utiliser, ré•investir, re•construire
    Nouvelles fabriques de la ville européenne
    Exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal
     
    Le Pavillon de l’Arsenal invite quinze agences européennes qui réinterrogent aujourd’hui la fabrique de nos
    métropoles. Par leurs stratégies singulières, ces architectes changent la ville pour changer la vie.
    Avec cette exposition Re•architecture, Re•cycler, Ré•utiliser, Ré•investir, Re•construire, voilà une génération
    d’architectes européens tout à fait prometteuse qui s’engage dans des pratiques urbaines et architecturales
    transversales et participatives. Réunies en collectifs ou associations, souvent pluridisciplinaires ces agences
    expérimentent la ville pour réinventer le quotidien de nos concitoyens. La présentation de leurs projets vifs,
    directs et durables nous invite à découvrir et faire partager un champ de possibles enthousiastes pour
    l’enrichissement de notre paysage métropolitain.
     
    ARCHITECT AT WORK PARIS : à quand la prochaine édition ?
    Celle-ci est annoncée, à nouveau, à La Grande Halle de La Villette, les 9 et 10 octobre 2014.
    A noter que 2 autres éditions seront organisées, en France, l’an prochain :
     
    Lyon, 3èmeédition, les 5 & 6 juin à La Halle Tony Garnier
     
    Nantes, 1èreédition, les 27 & 28 novembre au Parc de La Beaujoire

    votre commentaire
  • Ce weekend a eu lieu des élections cantonales en Suisse, le mouvement des citoyens MGC considéré comme parti d’extrême droite, a ravi 20 sièges sur les 100 qu’il le compose. Un appel au protectionnisme ? Attention, il y a arabes et Arabes, dehors ceux qui prennent le travail de braves suisses et ceux qui dépensent sans compter dans les palaces.  

    Un tapis de prière avec une boussole intégrée pour être sûr d'être orienté vers la Mecque. Un mini-bar regorgeant de jus de fruits et dépourvu d'alcool. Un exemplaire du Coran dans la table de nuit. Tel est le kit «muslim friendly» dont sont équipées certaines chambres d'hôtels suisses haut de gamme.

    On parle de burkinis (burka-maillot de bain) dans les boutiques des hôtels, la possibilité d'avoir une cuisine hallal, ou encore de n'avoir affaire qu'à des femmes, aussi bien dans les spas que pour le service de chambre. Ainsi, à l'hôtel Métropole d'Interlaken, ville où les clients arabes affluent à raison de 40 000 nuitées par année, un bateau emmène la clientèle pour une croisière sur le lac de Brienz qui se termine par un «barbecue hallal». 


    1 commentaire
  • Ce weekend a eu lieu des élections cantonales en Suisse, le mouvement des citoyens MGC considéré comme parti d’extrême droite, a ravi 20 sièges sur les 100 qu’il le compose. Un appel au protectionnisme ? Attention, il y a arabes et arabes, dehors ceux qui prennent le travail de braves suisses et ceux qui dépensent sans compter dans les palaces.  

    Un tapis de prière avec une boussole intégrée pour être sûr d'être orienté vers la Mecque. Un mini-bar regorgeant de jus de fruits et dépourvu d'alcool. Un exemplaire du Coran dans la table de nuit. Tel est le kit «muslim friendly» dont sont équipées certaines chambres d'hôtels suisses haut de gamme.

    On parle de burkinis (burka-maillot de bain) dans les boutiques des hôtels, la possibilité d'avoir une cuisine hallal, ou encore de n'avoir affaire qu'à des femmes, aussi bien dans les spas que pour le service de chambre. Ainsi, à l'hôtel Métropole d'Interlaken, ville où les clients arabes affluent à raison de 40 000 nuitées par année, un bateau emmène la clientèle pour une croisière sur le lac de Brienz qui se termine par un «barbecue hallal». 


    votre commentaire