• Le marché mondial du luxe va ralentir en 2013

    MILAN, 28 oct 2013 (AFP) - Le marché mondial du luxe va voir son expansion ralentir cette année à +2%, après plusieurs années de "super-croissance", victime notamment de la chute du yen, selon une étude du cabinet Bain & Company réalisée pour la Fondation Altagamma, qui réunit les grands noms du luxe italien. La prévision initiale de Bain & Company pour 2013, publiée en mai, faisait état d'une hausse de 4 à 5% après +10% en 2012. Elle est désormais de +2% à 217 milliards d'euros (à taux de change courants).

     

    L'étude, rendue publique lundi à Milan, met ce ralentissement sur le compte "de la crise économique persistante en Europe et au virage de la Chine qui est passée d'une phase de forte expansion à la consolidation des positions" acquises. A cela s'ajoute l'"impact significatif" des variations de taux de change: à taux constants, le marché mondial progresserait de 6%, soit plus que l'année dernière (+5%), selon l'étude.

    "La super croissance des dernières années était destinée à s'apaiser", a expliqué Claudia D'Arpizio, partenaire de Bain et auteure de l'étude. "L'aspect positif pour les marques est qu'à présent, elles pourront concentrer leur attention sur la planification du futur", a-t-elle ajouté.

     

    Autre inversion de tendance cette année, c'est la région "Amériques" qui devrait se montrer la plus dynamique avec un taux de croissance de 4% (à 69 milliards d'euros), contre +2,5% pour la Chine. Ce phénomène s'explique par l'ouverture de nombreux magasins de luxe dans des villes secondaires des États-Unis, conjuguée à un boom de visiteurs chinois dans l'ouest du pays, souligne l'étude.

     

    En Europe, le marché devrait croître de 2% (à 74 milliards d'euros), avec une augmentation des achats de touristes qui compensera la réserve des consommateurs européens.

    Au Japon, le chiffre d'affaires devrait à l'inverse reculer de 12% (à 17 milliards d'euros), malgré une hausse de 9% des ventes en termes réels. "La forte dépréciation du yen a pénalisé les résultats des marques bien qu'en réalité les consommateurs soient de retour en masse dans les boutiques de luxe", note le rapport. Le sud-est asiatique devrait au contraire voir ses ventes bondir de 11%, y compris dans des pays comme la Malaisie, l'Indonésie ou le Vietnam. Au Moyen-Orient, une hausse de 5% des ventes est attendue tandis que l'Afrique émerge comme "territoire à haut potentiel" avec l'apparition de nouveaux marchés comme l'Angola et le Nigeria.


    votre commentaire
  • Le marché mondial du luxe va ralentir en 2013

    MILAN, 28 oct 2013 (AFP) - Le marché mondial du luxe va voir son expansion ralentir cette année à +2%, après plusieurs années de "super-croissance", victime notamment de la chute du yen, selon une étude du cabinet Bain & Company réalisée pour la Fondation Altagamma, qui réunit les grands noms du luxe italien. 

     

    La prévision initiale de Bain & Company pour 2013, publiée en mai, faisait état d'une hausse de 4 à 5% après +10% en 2012. Elle est désormais de +2% à 217 milliards d'euros (à taux de change courants).

     

    L'étude, rendue publique lundi à Milan, met ce ralentissement sur le compte "de la crise économique persistante en Europe et au virage de la Chine qui est passée d'une phase de forte expansion à la consolidation des positions" acquises. A cela s'ajoute l'"impact significatif" des variations de taux de change: à taux constants, le marché mondial progresserait de 6%, soit plus que l'année dernière (+5%), selon l'étude.

    "La super croissance des dernières années était destinée à s'apaiser", a expliqué Claudia D'Arpizio, partenaire de Bain et auteure de l'étude. "L'aspect positif pour les marques est qu'à présent, elles pourront concentrer leur attention sur la planification du futur", a-t-elle ajouté.

     

    Autre inversion de tendance cette année, c'est la région "Amériques" qui devrait se montrer la plus dynamique avec un taux de croissance de 4% (à 69 milliards d'euros), contre +2,5% pour la Chine. Ce phénomène s'explique par l'ouverture de nombreux magasins de luxe dans des villes secondaires des États-Unis, conjuguée à un boom de visiteurs chinois dans l'ouest du pays, souligne l'étude.

     

    En Europe, le marché devrait croître de 2% (à 74 milliards d'euros), avec une augmentation des achats de touristes qui compensera la réserve des consommateurs européens.

    Au Japon, le chiffre d'affaires devrait à l'inverse reculer de 12% (à 17 milliards d'euros), malgré une hausse de 9% des ventes en termes réels. "La forte dépréciation du yen a pénalisé les résultats des marques bien qu'en réalité les consommateurs soient de retour en masse dans les boutiques de luxe", note le rapport. Le sud-est asiatique devrait au contraire voir ses ventes bondir de 11%, y compris dans des pays comme la Malaisie, l'Indonésie ou le Vietnam. Au Moyen-Orient, une hausse de 5% des ventes est attendue tandis que l'Afrique émerge comme "territoire à haut potentiel" avec l'apparition de nouveaux marchés comme l'Angola et le Nigeria.


    votre commentaire
  • Suite à l'entrée du Crillon dans le catalgue des hôtels Rosewood Hotels, on suit de près l'avancée du groupe. Le premier site européen sera un édifice historique qui a été transformé en un élégant refuge intime au cœur de Londres.

    Rosewood London, le tout nouvel hôtel de luxe de la capitale britannique, a été inauguré cette semaine, marquant ainsi la présence, en Europe, de la marque Rosewood Hotels & Resorts, le futur gestionnaire du Crillon à Paris. Situé à Holborn, l'un des quartiers les plus historiques de Londres à la frontière entre la City et le West End, cet hôtel, avec son portail en fer forgé conduisant à une cour intime, constitue un refuge unique au centre de Londres.

    Suite à une rénovation exhaustive visant à transformer fidèlement un édifice Edouardien de la Belle Epoque datant de 1914, les caractéristiques architecturales originelles ont été soigneusement restaurées par une équipe d'artisans spécialisés, notamment la façade donnant sur la rue et le dôme magnifiques figurant sur la liste des structures de rang II, l'escalier monumental en marbre Pavonazzo qui monte jusqu'au septième étage de l'hôtel, sous la coupole de 50 m. Les invités entrent par un passage majestueux qui mène à une cour caractéristique, donnant davantage l'impression de pénétrer à l'intérieur d'un manoir privé que d'un hôtel.

    La philosophie qui inspire Rosewood Hotels & Resorts, l'un des groupes d'hôtels ultra-luxe les plus respectés au monde, est A Sense of Place, selon laquelle chaque établissement reflète l'histoire du lieu dans lequel il a été construit, sa culture et ses sensibilités. Rosewood London est l'illustration parfaite de ce concept: les 262 chambres et 44 suites confèrent l'impression de se trouver à l'intérieur d'une élégante résidence londonienne, les zones publiques sont ornées d'une multitude d'œuvres d'art et de livres, et les restaurants proposent des spécialités culinaires britanniques à la fois classiques et contemporaines, tandis que les zones dédiées aux événements font un clin d'œil au passé de l'édifice, autrefois siège de la compagnie Pearl Assurance.

    L'hébergement, les zones dédiées aux événements et les zones publiques ont été conçues par Tony Chi and Associates. M. Chi apporte son style emblématique à l'hôtel, en associant des matières dont le vernis, les plaquages en bois texturé et les miroirs prismatiques. Les suites, qui offrent l'un des meilleurs hébergements de Londres, incluent l'aile Grand Manor House. Cette suite, à laquelle on accède via un ascenseur privé et qui possède sa propre entrée donnant sur la rue, est l'unique suite d'hôtel au monde à posséder son propre code postal. Six chambres, un dressing, une bibliothèque, une salle à manger et plusieurs salons sont somptueusement installés sur plus de 1900 m² d'espace habitable. La Garden House comporte une superbe terrasse-jardin surplombant le paysage urbain de Londres, tandis que la magnifique Chancery House possède un faste élégant. Tous les clients occupant une suite bénéficient de l'accès au Manor Club de l'hôtel. Refuge confortable et exclusif, le Manor Club offre les services d'un majordome personnel et d'un concierge, ainsi qu'un menu de cocktails et de plats légers.

    Rosewood London est conçu pour être l'un des endroits de Londres les plus passionnants où prendre un verre et dîner. Le Lobby Lounge, un espace de rencontres public, est une fenêtre s'ouvrant sur le monde tendance de Rosewood London et la Mirror Room, un salon impressionnant élégamment décoré de miroirs, accueille les clients à toute heure, pour le dîner et le thé de l'après-midi, dans une atmosphère raffinée et conviviale.

    Le bar de l'hôtel, dessiné par le célèbre Martin Brudnizki, évoque une atmosphère conviviale avec un feu de cheminée d'un côté et un bar en bois de l'autre. Un mobilier chaleureux, accueillant et confortable, y est installé afin de créer des recoins discrets et intimes sur un sol en plancher ou en parquet à bâtons rompus, sur lequel sont placés des tapis tissés à la main. Une liste parfaitement dressées proposant cocktails, et divers currys et plats en casserole, dont des spécialités indiennes épicées ainsi que des ragoûts d'inspiration européenne, est à disposition.

    La salle à manger Holborn, également dessinée par Martin Brudnizki, sera inaugurée en février 2014 et gérée par Des McDonald, qui confèrera une atmosphère divertissante et particulièrement vivante à l'élégance raffinée de cet environnement historique. Autrefois East Banking Hall de Pearl Assurance, la salle à manger Holborn est une élégante brasserie animée qui propose un menu de plats britanniques simples mais sophistiqués.

    Les intérieurs conçus par Brudnizki s'inspirent de désigns britanniques classiques, qui mélangent éléments de chêne récupérés, miroirs anciens et sellerie de cuir. La salle à manger, qui comprend un bar et un coin-repas, recouverts de cuivre vieilli et de laiton patiné, mène à la terrasse dans la paisible cour intérieure de l'hôtel, dans laquelle les clients peuvent dîner en plein air ou déguster un excellent cigare.

    Jouxtant le restaurant, l'épicerie fine Holborn, dont l'ouverture est prévue en février 2014, donne également directement sur la rue High Holborn. Elle propose, aux personnes en déplacement, toute une gamme de cafés, de thés et de savoureuses gourmandises. Les clients pourront choisir parmi tout un éventail de magnifiques produits britanniques - des marmelades aux fromages produits localement, en passant par la crème épaisse.

    Parmi les infrastructures de loisir de l'hôtel figurent un spa Sense® , la marque de spas primée exclusive de Rosewood ainsi qu'une salle de sport comportant les tous derniers équipements de Technogym®.

    L'emplacement central du Rosewood London en fait le lieu idéal à la fois pour les grands événements d'entreprise et les soirées sociales intimes. Parmi les 11 espaces dédiés aux événements figurent la grande salle de réception, trois salles de conférence patrimoniales, le salon et la salle à manger équipée d'une cuisine ouverte. Une première pour Londres, l'hôtel offre un studio Evénements uniques présentant la collection de vaisselle, nappes, cristaux, argenterie et autres accessoires destinés aux événements personnalisés.

    "Rosewood London englobe dans son désign un effet de surprise, qui confère à cet édifice historique, ancré et entouré d'éléments historiques, la nouvelle jeunesse qu'il mérite. C'est pour nous un honneur d'être les gardiens d'un nouveau chapitre passionnant de son héritage," affirme Matthias Roeke, directeur général de Rosewood London.

    Rosewood Hotels & Resorts® gère 18 établissements uniques de luxe dans neuf pays. Chaque hôtel Rosewood intègre le concept A Sense of Place® de la marque qui reflète l'histoire de chaque lieu, sa culture et ses sensibilités. La collection Rosewood comprend certains des hôtels et complexes touristiques les plus légendaires au monde, dont le Carlyle, A Rosewood Hotel à New York et la Rosewood Mansion on Turtle Creek à Dallas, dans l'Etat du Texas, aux Etats-Unis. Rosewood Hotels & Resorts envisage de doubler son portefeuille au cours des cinq prochaines années, avec neuf futurs hôtels actuellement prévus.


    votre commentaire
  • C’est fait, le Lutétia fermera ses portes le 30 avril 2014 pour trois années de travaux. La rénovation sera minutieuse et assurée par le bureau de Jean Michel Willmotte.

    C’est en 1910, que le Lutetia voit le jour avec la volonté d’ériger un modèle de l’hôtellerie moderne du début du XXème siècle, c’est le premier monument « Art nouveau » et son bar « Art Déco » de Paris. La construction dura trois ans, sous la direction de deux grands architectes de l'époque, Louis Hippolyte Boileau et Henri Tauzin. Sa construction a été commandée par la propriétaire du Bon Marché, Madame Boucicaut.

    Pour ses cents ans, il change de mains et a été racheté par le groupe israélien Alrov. Un budget de 80 millions d’€ pour sa rénovation qui lui permettrait d’être le seul 5 étoiles de la rive gauche, est à l’étude. L’hôtel fut occupé par les renseignements et le contre-espionnage allemand dès 1940. Fait marquant, après-guerre, il sera le point de chute des déportés de retour des camps de la mort. Un livre retrace les cents ans du célèbre palace parisien, édité par JC Lattès (2009). 


    votre commentaire
  • ARCHITECTURE INTERIEURE HOTELS

    Business Lounge, MAISON&OBJET Septembre 2013.

    1. POURQUOI UN HOTELIER DOIT-IL FAIRE APPEL A UN ARCHITECTE D’INTERIEUR POUR SON PROJET ?

     

    Qu’apporte à un projet d’hôtel l’architecte d’intérieur spécialisé dans l’hôtellerie ?

    L’hôtel est un produit, une marque, qui doit être reconnaissable. Il doit être approprié à la clientèle recherchée dans un site et un lieu.

    La recherche du concept doit être la première priorité.

    L’architecte d’intérieur est spécialisé dans la traduction des concepts dans l’espace.

    Il sait dessiner : le style, les couleurs, les graphisme, les formes, les volumes et les organisations spatiales qui correspondent.

     

    L’architecte d’intérieur spécialisé est à même de porter 3 challenges : concept, esthétique, contraintes.

    La réussite de l’hôtel est ainsi puissamment renforcée.

     

    Par sa compétence : L’architecte d’intérieur spécialisé exerce son travail quotidien dans des projets d’hôtel les plus différents, dans le monde entier : ce qui lui donne une vaste vision. Il est un professionnel de son domaine.

    Y a-t-il des hôteliers ici aujourd’hui qui pensent que l’architecte d’intérieur n’st pas nécessaire ? Que disent-ils ?

    L’hôtelier peut certes chercher les idées correspondantes au projet envisagé, en visitant des hôtels, en regardant des revues, en consultant des fournisseurs spécialisés en hôtellerie et décider d’un concept général.

    Mais à partir de cette première approche il faudra appliquer le concept à tout le bâtiment, à sa décoration à son expression visuelle et spatiale et à chaque détail : c’est notre rôle.

     

    Que faisons nous (architectes d’intérieur spécialisés) de si particulier à partir du moment où nous avons défini avec le client le concept général ?

     

    Nous dessinons ! Le dessin est notre base ! Dessiner signifie imaginer projeter : on dit à propos j’ai un dessin ! Dessiner c’est notre vocation même, éduquée durant des formations artistiques de plus de 5 ans !

     

    L’importance de la représentation graphique durant l’avant projet :

     

    Cela permet de visualiser la pensée !

    C’est un travail très important qui permet entre autres de vérifier si l’ensemble en cours de projet est non seulement harmonieux mais surtout s’il exprime bien visuellement le style le concept, la marque de l’hôtel, dans chaque lieu qui le composent.

    Le but étant de trouver des idées qui conviendront dès l’ouverture de l’hôtel (dans le meilleur des cas plus d’un an après) et qui dureront dans le futur.

     

    1. EXEMPLES AVEC ET SANS ?

    Souvent, avant que nous intervenions dans une rénovation, on trouve un état existant du à une réalisation sans architecte d’intérieur :

    Les espaces y sont mal organisés, pas pratiques, la décoration est souvent confuse et incohérente dans son expression, elle ne transmet pas, d’un espace à l’autre, un concept clair. (Voir notre photo).

     

    1. COMMENT DONNE-T-ON DES EMOTIONS AU CLIENTS POUR RENDRE LEUR SEJOUR UNIQUE ?

     

    L’architecte d’intérieur spécialisé travaille sur la spécificité du concept pour chaque hôtel. Ceci se définit par rapport à chaque hôtel, en fonction du

    • lieu spécifique, sa géographie, son histoire, le type de construction, la saison d’exploitation,
    • La clientèle recherchée, la destination de l’hôtel,
    • Le concept défini qui doit tenir compte de tous les facteurs qui en font son alchimie particulière

     

    C’est dans la continuité du projet dans le soin de chaque détail, artistique, décoratif, spatial, graphique, (y compris dans l’art du linge, de la table, de la tenue du personnel, des extérieurs) que le client ira subtilement de découverte en découverte à travers tous ces détails ces surprises, qui rendront son séjour unique !

     

    1. QUEL PROJET ON AIMERAIT FAIRE ?

     

    On aimerait faire un projet de resort ou l’on pourrait développer divers thèmes et concepts d’un hôtel à l’autre.

     

    DIVERS :

     

    Comme en Cuisine le Chef, l’Architecte d’Intérieur un « CHEF » dans son domaine

    Un exemple parallèle pour décrire la nature de notre compétence :

     

    En cuisine, un autre domaine d’expression artistique, pour réussir une recette fantastique (et avoir peut être des étoiles dans les guides),  il ne suffit pas de connaître la meilleure recette, d’acheter les meilleurs produits: il faut aussi du don, de l’école, de l’expérience, du toucher, du gouter, du style et de la poésie … ! Il faut en somme être des professionnels.

    L’architecte d’intérieur spécialisé dans l’hôtellerie et son équipe sont ces professionnels de leur domaine.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires